Vos enfants boudent les fruits et les légumes

Trucs et astuces qui marchent (ou pas) lorsque…

…vos enfants boudent les fruits et les légumes.

 

Cinq fruits et légumes par jour… une évidence, bien sûr. Sauf que… dans la vraie vie, il faut gérer les « Beurk, j’aime pas les z’haricots… » et les « une pomme ? euh, j’peux pas prendre un yaourt plutôt ? »… Le casse-tête devient infernal lorsque vous avez plusieurs enfants, car évidemment, chacun a ses petites manières… Comme il est hors de question de faire un menu personnalisé à chaque enfant, et comme vous n’avez peut-être pas la patience d’attendre que vos enfants découvrent les joies de la cantine scolaire pour enfin apprécier votre cuisine (c’est ce qui s’est passé chez nous !!), voici quelques astuces qui ont fait leurs preuves dans notre famille :

  1. Le camouflage. Les légumes sont dissimulés parmi des aliments que les enfants aiment. Tomates, carottes, courgettes, navets, etc. finissent hâchés menus au milieu d’un gratin de pommes de terre ou mixés en sauce pour les pâtes. Quasi imperceptibles à l’œil et au goût, les légumes ne posent plus de problème aux enfants. L’astuce de toutes les astuces, c’est la soupe. Un fourre-tout magnifique pour tous les légumes et autres restes. Bien sûr, les enfants boudent aussi la soupe. Mais celle-ci passe mieux lorsqu’elle est présentée en entrée, dans une petite coupelle rigolote, accompagnée de croûtons ou de fromage, et de la promesse qu’une fois la soupe finie, l’enfant pourra savourer d’autres aliments dont il raffole !

  2. L’assaisonnement sucré. Pour contrer le goût de certains légumes, rien de tel qu’une touche sucrée, en optant pour les bons sucres, bien sûr. Les haricots peuvent revenir à la poêle avec des oignons caramélisés au fructose. Les carottes sont sublimées par du miel ou du sirop d’agave. Et la salade de tomates s’accompagne à merveille de petits raisins secs. Mes enfants se battaient pour manger de cette salade, rien que pour les raisins, dont nous avons peu à peu réduit la quantité… Puis un beau jour, on arrête, c’est une sorte de rite de passage : « Vous êtes grands, maintenant, vous n’avez plus besoin de raisins dans vos tomates, pas vrai ? »

  3. L’association. L’idée, c’est d’ajouter partout des fruits et des légumes, et même d’associer les fruits ET les légumes. Un moyen de faire d’une pierre deux coups. Les petits morceaux de poire trouvent leur place dans une salade d’endives, et les éclats de pomme se marient bien avec les salades vertes. Les fruits cuits peuvent aussi accompagner les viandes ou les féculents. À force, cela devient un réflexe. On met des fruits et des légumes partout, en très petites quantités et en tout petits morceaux. Ils ne constituent jamais l’aliment principal, mais comme on en met partout, les enfants finissent par en manger en quantité intéressante.

  4. Le grignotage. Spontanément, rares sont les enfants qui saisiront une pomme à croquer ou une clémentine à peler. Mais si vous laissez à leur disposition un saladier de fruits secs ou de fruits frais déjà coupés avec quelques cure-dents, vous verrez que les fruits ont du succès. Une de mes amies pose un saladier de fruits coupés sur la table au début de chaque repas. Ensuite, les enfants se servent librement et à volonté. Parfois, ils picorent les fruits en apéritif, parfois en accompagnement ou en dessert. Parfois, ils en grignotent entre deux repas… c’est toujours mieux que des biscuits ou du chocolat !

Alors, on résume. Pour que vos enfants mangent des fruits et des légumes, il faut que ceux-ci soient bons, invisibles (ou visibles mais ludiques), et faciles à manger !

Vous voulez nous faire part de votre expérience ? Vous avez d’autres trucs et astuces à proposer ?

N’hésitez pas, c’est à vous : ….

Par Anne-Vanessa Bonnefont pour iCharacter

Item added to cart.
0 items - 0.00