Publié par Laisser un commentaire

Quand l’argent manque

Trucs et astuces qui marchent (ou pas) lorsque…
…vous voulez transmettre à votre enfant une vision réaliste de l’argent.

 

Dès leur plus jeune âge, nos enfants peuvent apprendre à gérer l’argent. Par notre accompagnement constant mais serein, en leur confiant des petites sommes dès que possible, nous pouvons les aider à poser les bases d’une future relation saine avec leur porte-monnaie. Mais… que fait-on lorsque l’argent manque ? Responsabiliser un enfant, oui mais… encore faut-il avoir les moyens de le faire ! Si vous êtes dans une situation financière délicate, ne vous découragez pas. Parfois, les périodes difficiles sont idéales pour transmettre à vos enfants les leçons de vie les plus précieuses.

Alors voici quelques astuces (gratuites !) rien que pour vous :

• Soyez honnêtes avec vos enfants. Je crois qu’il ne faut pas cacher aux enfants que vos fins de mois sont difficiles. Pour autant, inutile d’être ultra-alarmistes et de les effrayer en leur disant : « Le frigo est vide, nous devons 300 000 euros à notre banquier, et je ne sais pas comment payer les réparations de la voiture… » Laissez-leur un peu d’innocence et évitez les détails les plus angoissants… Mais vous pouvez leur dire, en toute simplicité, que vous vivez une période délicate et qu’il va falloir faire certains efforts pour que cette période ne soit que passagère. Votre enfant peut très bien le comprendre, et ainsi, lorsque vous refuserez de lui acheter tel jouet ou de lui offrir telle sortie, il saura pourquoi ! D’ailleurs, il vous surprendra peut-être par un élan de maturité. En effet, vous venez de lui faire part d’un problème de “grands”, et il se peut fort qu’il y réagisse avec la maturité d’un grand…

• Et pourquoi ne pas montrer certaines factures à vos enfants ? Récemment, alors que je faisais les comptes, mon fils de 14 ans a vu par hasard notre facture de chauffage. Il était abasourdi de voir que la facture se chiffrait en centaines d’euros alors qu’il en a tout juste quelques dizaines dans sa tirelire. « Vous payez si cher pour le chauffage ? » J’ai souri intérieurement et je lui ai répondu, pour enfoncer le clou : « Et encore, cette facture ne correspond qu’à un semestre ! » Il est reparti, tout penaud, et j’ai bien vu qu’il venait de prendre conscience de quelque chose d’important… et de mettre un petit pied dans la réalité…
• Vous pouvez faire les courses avec vos enfants et leur apprendre à lirer les étiquettes, à comparer les prix et à définir ce qui leur semble “cher”. En expliquant à un enfant : « Je vais prendre un kilo de pommes plutôt qu’un kilo de fraises parce que les pommes reviennent moins cher », vous lui apprenez à dépenser astucieusement. Je revois l’une de mes filles me dire avec fierté : « On m’a proposé une tombola mais je ne l’ai pas prise parce qu’elle coûtait 3 euros, c’était beaucoup trop cher ! ». Cerise sur le gâteau, en emmenant vos enfants faire les courses, vous leur faites réviser leurs maths. Rien de tel qu’un budget serré pour être obligés d’additionner et… de soustraire !

• Associez vos enfants aux efforts familiaux. Lorsque l’argent manque, on réfléchit davantage avant chaque dépense. Saississez cette occasion pour dialoguer avec vos enfants et distinguer le nécessaire du superflu. Ils auront peut-être envie de revendre certains jeux dont ils ne se servent plus, ou de renoncer à certaines choses peu utiles. Ils ont parfois des idées extraordinaires pour aider la famille à s’en sortir. (« On n’a plus d’argent, maman ? C’est pas grave, il suffit d’en acheter… ») Vous pouvez aussi partager avec eux certains frais : « Je te paie la robe dont tu as besoin, mais si tu veux des accessoires, il faudra que tu les achètes avec l’argent de ta tirelire. » J’ai fait cette expérience. Il restait de l’argent à ma fille après nos achats, et elle a décidé… d’offrir une glace à sa maman.

Vous l’avez compris, le manque d’argent peut être un tremplin dans l’éducation financière de vos enfants et un beau vecteur de cohésion familiale. Et parfois, c’est le manque d’argent qui fait le bonheur…

Vous voulez nous faire part de votre expérience ? Vous avez d’autres trucs et astuces à proposer ?
N’hésitez pas, c’est à vous : ….

Par Anne-Vanessa Bonnefont pour iCharacter

Publié par Laisser un commentaire

Économies et dépenses

Trucs et astuces qui marchent (ou pas) lorsque…
…vous voulez transmettre à votre enfant une vision réaliste de l’argent.

Ça y est. Votre enfant a quelques pièces dans sa tirelire. Cet argent ne demande qu’à être dépensé, pas vrai ? D’ailleurs l’enfant comprend très vite toute la liberté que l’argent lui offre…

Je revois le sac rempli de friandises que mon aînée a rapporté du collège en me disant, fièrement : « J’étais au supermarché et je n’ai dépensé QUE trente euros !!! » Nous étions ravis, bien sûr…

Alors, quelques suggestions pour aider nos enfants à gérer leur « fortune » :

  • L’argent dépensé nous dit ce qui compte à nos yeux. Lorsqu’un enfant dépense 30 euros en sucreries, puis donne 1 euro pour la Croix-Rouge, on comprend très vite où sont ses priorités ! C’est à nous, parents, de montrer à nos enfants ce qui compte vraiment. Encore faut-il que les valeurs que nous défendons soient conformes à l’usage que nous faisons nous-mêmes de notre argent ! C’est une réalité que vous pouvez très facilement déterminer, il vous suffit de lister très honnêtement vos propres dépenses…. Vous aurez peut-être la désagréable surprise de constater que votre enfant, dans ses choix de dépenses, ne fait que vous imiter ! Eh oui, notre utilisation de l’argent trahit notre cœur…

  • Il vaut mieux confier très peu d’argent à un enfant qui n’est pas encore en mesure de le gérer. Les sommes les plus importantes peuvent rester dans une tirelire rangée quelque part, ou placées sur un compte épargne. La somme confiée augmente lorsqu’on constate que l’enfant sait être sage dans la gestion de l’argent qu’il possède déjà. On peut d’ailleurs l’expliquer à l’enfant : « Regarde, je t’ai donné cinq euros que tu as dépensés en à peine deux minutes… Cela me montre que je ne peux pas te confier davantage pour l’instant… »

  • On peut aider l’enfant à s’organiser. Certaines familles ont pour principe de donner trois petites boîtes à chacun de leurs enfants pour les aider à « placer » l’argent, qui est alors réparti en trois parts (pas nécessairement égales) : épargne, dons et dépenses. Ou, pour être plus concret pour les enfants : projets, cadeaux et… liberté !

  • La cagnotte « cadeaux », qui peut aussi être reversée à des associations caritatives, permet aux enfants de pouvoir être spontanément généreux (d’acheter eux-mêmes les cadeaux pour leurs copains lorsqu’ils sont invités à des anniversaires… par exemple.)

  • Parce que l’idée d’épargne est abstraite, il peut être utile d’avoir des projets précis. Épargner, c’est attendre, et ce n’est pas facile pour un enfant. Alors, déterminer avec l’enfant un objectif d’achat (un jouet, un vélo..) permet de donner du sens à cette attente. Et quelle fierté lorsque l’enfant peut enfin acheter ce dont il rêvait, avec son propre argent si durement amassé !!!

Par Anne-Vanessa Bonnefont pour iCharacter

Vous voulez nous faire part de votre expérience ? Vous avez d’autres trucs et astuces à proposer ?

N’hésitez pas, c’est à vous : ….

Publié par Laisser un commentaire

Travail et argent de poche

Trucs et astuces qui marchent (ou pas) lorsque…
…vous voulez transmettre à votre enfant une vision réaliste de l’argent.

Première partie : Travail et argent de poche

Élever des enfants, c’est les préparer à leur vie d’adulte, et la gestion de l’argent est l’un des fondamentaux qu’il vaut mieux leur avoir enseignés, puisque les questions d’argent feront un jour partie de leur quotidien..
(Comme cette thématique est vaste et que la question mérite d’être creusée, nous y consacrerons plusieurs articles.)
En y réfléchissant bien, les moyens à notre disposition pour gagner de l’argent sont assez limités… mais il existe un premier principe universel, c’est que l’argent, ça se gagne.
Celui qui ne travaille pas, ne mange pas. Notre première richesse est donc notre force de travail. Alors voici quelques astuces pour aider nos enfants à prendre conscience de cette réalité :

  • Nous pouvons passer avec eux des mini-contrats, du genre « si tu tonds la pelouse, je te donne un billet », pour les initier à la notion de « salaire ». Si l’enfant a particulièrement bien exécuté la tâche demandée, on peut même lui offrir une « rémunération » supérieure à ce qui avait été convenu. Cela lui montre que le travail est payant, mais que la qualité du travail compte, elle aussi !
  • Nous pouvons spontanément récompenser un travail bien fait et de manière désintéressée. C’est une sorte de « prime au mérite » qui permet à l’enfant de comprendre que ses efforts ont été remarqués et appréciés. Souvenons-nous qu’il y a des tâches qui nous semblent anodines mais qui coûtent énormément aux enfants (et tous ne sont pas en difficulté devant les mêmes travaux : pour certains enfants, débarrasser la table est une montagne, pour d’autres, c’est le rangement, etc.) Paradoxalement, c’est lorsqu’un enfant effectue une tâche désintéressée mais qui lui coûte, qu’il mérite le plus d’être récompensé. Une telle réponse de notre part l’encouragera à travailler dans un bon état d’esprit. Il existe aussi des moyens non pécuniers de récompenser un enfant. Un temps de jeux, une sortie, une gourmandise ou tout simplement des paroles valorisantes. Féliciter un enfant est une autre manière de « payer » son travail. Les compliments ne remplissent peut-être pas son porte-monnaie, mais ils remplissent sans aucun doute son cœur…
  • Nous pouvons encourager notre enfant à se montrer serviable partout, car tout le monde apprécie un enfant spontanément travailleur. La serviabilité est un atout relationnel, une qualité précieuse qui permettra à l’enfant de se faire des amis… et qui lui vaudra de temps à autre une récompense, sous forme d’argent ou de… bonbons !
  • Nous pouvons le faire travailler pour un patron dès qu’il en a l’âge et la possibilité. Rien de tel que les petits jobs d’été pour entrevoir ce qu’est la vie professionnelle…

En revanche, méfiez-vous de l’argent de poche systématique. Car si l’enfant peut obtenir de l’argent sans travailler, il risque de ne plus voir quel est l’intérêt du travail …

Vous voulez nous faire part de votre expérience ? Vous avez d’autres trucs et astuces à proposer ?
N’hésitez pas, c’est à vous : ….

Par Anne-Vanessa Bonnefont pour iCharacter